#insolite – Jean-Louis Lamberty – Violée

Overview

Vidéo insolite – Violée : Jean-Louis Lamberty

Une vidéo des plus #insolites ! Le chanteur belge Jean-Louis Lamberty chante une chanson des plus surprenante lorsque l’on écoute les paroles…
Je vais vous faire découvrir les paroles et les analyser en parallèle.
Mais avant cela, je vous mets le clip vidéo :

Paroles de la chanson de Jean-Louis Lamberty – Violée :

Tout près d’un ruisseau, ils l’ont retrouvée
Du sang sur la peau, ses vêtements déchirés

Elle était allongée, allongée sur le dos
Et les jambes écartées, à voir c’était pas beau

Violée, héhéhé, Violée, héhéhé

Parce que son corps d’enfant à voulu résister
Sa bouche voulait crier, alors ils ont frappé

Son regard est fixé, elle a tout regardé
Elle a dû supplier, ils n’ont pas écouté

Pour eux pas de pitié, pour eux plus de liberté
Il faut les retrouver, au peuple les donner

Violée, héhéhé, Violée héhéhé

Parce que son corps d’enfant à voulu résister
Sa bouche voulait crier, alors ils l’ont tuée

Violée, héhéhé, Violée, héhéhé
Assassinée, héhéhé, ils l’ont violé, héhéhé
Assassinée, héhéhé, ils l’ont violé, héhéhé
Oh violée, ils l’on violé, héhéhé
Assassinée, héhéhé

L’analyse :

Dans le début de la chanson rien d’anormal car plusieurs personnes retrouvent une jeune fille tout près d’un ruisseau…
Du sang sur la peau, à partir de la on commence à se poser des questions…
Ses vêtements déchirés. Peu être qu’elle souhaitait se poser un garrot ?
Les jambes écartés. Là on commence à s’exciter, ou pas !
Elle était allongé, allongé sur le dos. Sans doute une sodomie !

Le refrain : Violée, héhéhé. What the fuck #WTF mec, mais que se passe t-il dans la tête du chanteur pour dire « violée » sur un air gai ?!!!

Parce que son corps d’enfant à voulu résister. Encore heureux qu’elle a voulu résister, elle ne va pas écarter les jambes et dire, aujourd’hui c’est la journée pour se faire violer. Qui veux ma jeune chatte si juvénile et sans poil qui n’a encore jamais connu le loup !
Sa bouche voulait crier, alors il l’ont frappé. Jean-louis, tu aurais quand même pu prévoir un bâillon, cela aurait éviter les marques de coups et blessures !

Tout cela pour finir assassinée. Quel gâchis !

Ce clip a été réalisé à la base d’une histoire vraie. Il s’agit de l’affaire d’une Waimeraise violée et massacrée par une nuit d’août 1985. L’un des deux tueurs est toujours en prison.

Articles en relation :

Categories: Hot News

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*